Che vive

Posted by nidal on 08/10/2011

Après s’être bien amusé en Amazonie, nous voulions rejoindre Santa-Cruz, 2eme plus grande ville de Bolivie, afin de marcher sur les derniers pas de Che Guevara. De Rurrenabaque, il n’existe pas de bus direct pour Santa-Cruz, il faut passer par Trinidad. Autant le trajet Trinidad – Santa-Cruz s’est fait sans trop de difficultés (11h de bus tout de même), autant pour rejoindre Trinidad ce fut beaucoup plus compliqué. En effet, aucun bus ne circule pour cause de marche TIPNIS.DSC01922.jpg Seule solution, partager des taxis pour faire des petits sauts de puce. On nous prévient que les voitures partent tôt le matin, vers 6h. Enfin, ça c’est la théorie, en pratique, elles attendent d’être pleines (6 passagers + chauffeur). Nous voilà au terminal de Rurrenabaque à 6h. Il nous faut patienter jusqu’à 8h. La voiture est pleine, nous pouvons rejoindre Yucumo, lieu du blocage, à 2h de là. Nous traversons le blocage à pieds, on se fait interpeller par les locaux, on ne comprend pas la moitié de ce qu’ils nous racontent. De l’autre côté du blocage, une seule voiture pour 9 adultes et 2 enfants , nous conduit jusqu’à San Borja à 1h. Après moins de 30min, nous nous trouvons face à la marche. Les policiers, nombreux, nous obligent à stopper le véhicule sur le côté. Une demi heure plus tard, la marche nous a dépassée,  on peut reprendre la route. Nous arrivons à San Borja à 13h, plus aucun bus ne part pour Trinidad. Nous passons l’après midi et la nuit là-bas. Le lendemain matin, un bus nous conduit à Trinidad où nous passons toute l’après midi à attendre le bus de nuit pour Santa-Cruz. Arrivés à Santa-Cruz, on se renseigne pour faire les missions jésuites. Malheureusement, on apprend que la route est également bloquée et que le lendemain ce sera toute la ville de Santa-Cruz qui sera bloquée. On décide de partir au plus vite pour Vallegrande. Au terminal de bus, on nous annonce qu’il n’y a plus de place et on nous propose des petits tabourets à mettre dans l’allée centrale. N’ayant pas trop le choix, on accepte. Il est 13h, le bus quitte Santa-Cruz pour Vallegrande où nous devrions arriver vers 19h. Malheureusement, des problèmes de boites de vitesse nous feront arriver à 22h30, épuisés. Dès le lendemain après-midi, nous visitons les sites relatifs au Che dans Vallegrande. Le surlendemain, nous passons la journée à la Higuera, avant de prendre le bus pour Cochabamba puis Sucre où nous nous trouvons actuellement.

Bilan : 50h de bus en 6jours.

 

 

PS: Toutes les photos sont ici.

4 Responses to Che vive

  1. Trobolevo

    Y’a pas à dire! Nidal t’es fan du Ché. Je m’en doutais…Juste savoir: c’est quelle révolution qu’ils sont en train de faire? grèves, barrages, marches, manifs…Ils demandent quoi? Sinon, soignez vous bien, faut récupérer avant les grands froids! n’oubliez pas les grogs, ça fait des merveilles. Bisous et gros frottis ds le dos pour vs réchauffer.

  2. cynthia

    Alors a La Paz c’était des pb de frontières de la ville qui posaient pb. La, c’est la marche des TIPNIS. Si tu cliques sur le lien ds notre article tu auras une explication sur le pb :-) (http://www.latinreporters.com/boliviepol27092011eg.html) Résumé: le gouvernement veut faire passer une route au milieu d’une reserve indigene. Et comme par hasard, y’a plein de petrol ds cette zone. Ok pr ton conseil, on va se bourrer ts les soirs! Gros bibi

  3. mansouria

    Le CHE vaut bien une messe!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Quel périple doux jésus!!!!!!!!!!!!!!
    Régalez vous bien à fabriquer vos souvenirs de vieux
    Bisous

  4. jose

    Du révolutionnaire, du religieux, du défaitisme face au temps qui passe!
    Mais qu’elle est belle mais qu’elle est belle mais qu elle est VERTE!